Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et de neuf pour Naval Group : la Fremm Alsace mise à flot

C’est sous un soleil radieux et en profitant de la marée haute qu’a eu lieu la mise à flot de la Fremm (frégate multimissions) L’Alsace, à Lorient, ce jeudi. Il s’agit du neuvième navire de la série (sur les dix prévus) produit par le site Naval Group de Lorient. Un moment important, pour les Lorientais toujours nombreux à regarder la frégate sortir de la forme, et fondateur, pour les 2 000 salariés de Naval Group.

Et de neuf pour le site Naval Group de Lorient ! Ce jeudi, après 14 mois passés dans la forme, la frégate multimissions (Fremm) Alsace a été mise à flot, tirée par deux remorqueurs de la Chambre de commerce et d’industrie du Morbihan.

L’Alsace va être le septième bâtiment du genre fourni à la Marine nationale française (deux de ses grandes sœurs ayant été vendues à l’export aux marines marocaine et égyptienne). L’Alsace se distingue des précédentes Fremm par ses capacités aériennes renforcées. Sa livraison à la Marine nationale est prévue dans le courant du deuxième semestre 2021. Son port d’attache sera Toulon.

L’Alsace avait succédé, dans la forme, à la Fremm Normandie dont les essais en mer ont débuté au mois de février 2019 et qui sera livrée cet été à la Marine nationale.

En septembre prochain, ce sera au tour de sa sœur jumelle, la Fremm Lorraine, d’être mise en construction dans la forme de Naval Group Lorient avec une livraison attendue à la Marine nationale, à l’horizon 2022. À cette échéance, le programme Fremm sera bouclé pour le site lorientais de Naval Group.

Comme l’explique Laurent Moser, son directeur, « la mise à flot d’une frégate est un moment important et fondateur pour tous les personnels de Naval Group », ne cachant pas lui-même avoir « un pincement au cœur ».

Quelles sont les caractéristiques de l’Alsace ?

Par rapport aux précédentes Fremm, des modifications ont été apportées à son système de combat. Elle bénéficie de capacités de défense aérienne renforcées. Il en sera de même pour sa sœur jumelle, la Lorraine, qui la remplacera dans la forme en septembre prochain. Elle se distingue, de façon visible, des autres Fremm par ses mâtures arrière qui sont différentes, plus fines. D’ailleurs, on les qualifie de « taille de guêpe ».

Elle sera en mesure d’embarquer deux types de missiles aériens plus renforcés avec 16 missiles Aster 30 en plus des 16 Aster 15 des autres Fremm et des lanceurs verticaux A50 qui offrent une portée de tir augmentée. Elle aura des capacités plus importantes en matière de détection de son radar et de surveillance grâce à trois consoles multifonctions supplémentaires qui viennent s’ajouter aux 17 présentes sur les précédentes Fremm.

Pour le reste, elle présente les mêmes performances de lutte anti sous-marine que les autres Fremm.


Quelles sont les prochaines étapes ?

L’Alsace vient de quitter la forme où elle a passé 14 mois. Elle va rester plusieurs mois au bassin au quai Stosskopf, sur la rive gauche (Lanester), pour recevoir équipements et finitions.

Elle rejoindra ensuite la rive droite pour le montage, entre autre, de son hélice, sonar… Ses premiers essais en mer démarreront au début de l’année 2021 et sa livraison à la Marine nationale française est prévue pour le deuxième semestre 2021.

La forme va rester quelques mois vide, avant de recevoir, en septembre, les premiers anneaux de coque de la Lorraine, qui sera elle livrée en 2022, à la Marine nationale.

En plus d’assurer les mêmes missions de lutte anti-sous-marine que les Fremm précédentes, ces deux navires auront pour rôle d’assurer la défense aérienne des unités majeures comme le porte-avions Charles-De-Gaulle ou encore le porte-hélicoptères amphibie dans le cadre d’un groupe aéronaval ou amphibie.


Le programme des Fremm arrive à son terme, et après ?

Actuellement, on est en pleine phase de conception des FTI (frégates de taille intermédiaire) et démarrage de leur conception détaillée. Il s’agit de frégates de 4 500 tonnes, soit un peu plus petites que les Fremm qui sont de 6 000 tonnes.

Il est prévu de tailler la première tôle et de démarrer la construction en fin d’année 2019. Cinq navires sont à construire pour la Marine nationale, par le site lorientais de Naval Group. La livraison de la première FTI est prévue en 2023 et le cadencement permettra d’en livrer tous les 18 mois.

Elles constituent un vrai fond d’activités pour Naval Group et assurent au site lorientais un complément au plan de charges pour les dix prochaines années.

Télégramme

Tag(s) : #INFORMATIONS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :